Jacob le menteur

Réalisateur: Peter Kassovitz
Écrivains: Peter Kassovitz et Didier Decoin
Images de Colombie ; 114 minutes ; PG-13
Libérer: 9/99
Jeter: Robin Williams, Alan Arkin, Bob Balaban, Michael Jeter

Jacob le menteur partage la même intrigue de base que La vie est belle , mais c'est loin d'être aussi fascinant. Robin Williams incarne Jakob, un juif polonais qui entend la nouvelle d'une victoire russe alors qu'il est interrogé par la police nazie. Craignant d'être qualifié de conspirateur SS, Jakob prétend avoir entendu parler de la bataille sur une radio cachée. La nouvelle suscite l'espoir au sein du ghetto de Varsovie, obligeant Jakob à continuer à diffuser ses mensonges bienveillants.



Williams fait admirablement bien dans le rôle, résistant à la facilité de bien-être de Patch Adams . Sa vie consiste à cacher une petite fille dans son grenier (oui, elle ressemble un peu à Anne Frank) et à traîner avec divers copains du quartier (Bob Balaban, Alan Arkin, Michael Jeter). Le plus gros problème avec Jacob le menteur peut-être la fin, qui adoucit la sobre comédie qui l'a précédée avec une conclusion contraire au sombre dénouement de l'Holocauste.


.com/ipea/0/7/8/0/9/5/A0780956.html